dietitian-27-3

Chantal natur’o pate

dietitian-27-2-1
dietitian-27-3-1

Fibromyalgie, le début d’une autre vie ?

« Après des années de souffrances et d’errance médicale, ma fibromyalgie fut diagnostiquée en mars 2018. Ma vie a été totalement bouleversée par cette phrase : « Mais Madame, vous n’êtes pas folle, vos douleurs existent, vous êtes fibromyalgique… Mais on ne peut rien pour vous, désolé ! »

Afin de m’en sortir, j’ai dû faire un tri, un ménage assez conséquent dans ma vie. Le travail de toute une vie devant être fait rapidement, pour pouvoir survivre et apprendre à revivre. Alors comme beaucoup, j’ai envie de partager mon expérience, car cette pathologie amène énormément de souffrances. Des maux que tout le monde n’est pas en mesure de comprendre, puisque la maladie ne se voit pas.

 

L’installation de la maladie

Les prémices ont démarré en 2009 ou 2010 par des troubles digestifs, un manque de sommeil qui s’installe doucement, insidieusement et des douleurs d’estomac. Finalement, en y repensant, les maux de ventre sont présents depuis que j’ai 10 ans et n’ont jamais réellement été expliqués. Une charge mentale s’installe également. Une vie de couple parfaite d’extérieur, qui est un carnage une fois la porte fermée. Cependant, je garde le sourire, car aux yeux des autres, « Chantal est forte et ne peut pas se plaindre de sa vie parfaite et rêvée par tous ». Un mari, des enfants, un job à la maison… Si vous saviez le poids que cachait ce parfait sourire sur mes lèvres.

Cela m’amènera à fuir en 2015. La décision qui me sort de cet enfer, m’en amène un autre, mais « ce n’est pas grave », car j’ai survécu jusque-là, pourquoi ne pas continuer de la même manière ? Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort, n’est-ce pas ? Je change de région, reprends un travail en extérieur et fais face avec toujours autant de pression, car « je dois tenir ». Cependant, un jour, la corde pète et je sombre. Je n’en peux plus… Personne ne comprend ce que je vis.

J’ai l’impression d’être à vif sur l’ensemble de mon corps. La simple idée que ma fille vienne dans mes bras me fait souffrir. Je ne dors plus, ou très peu. Je suis continuellement épuisée. J’ai mal. Mes mollets sont aussi durs que du béton car contractés en permanence. Je choppe tout ce qui traîne et y réagit de manière forte. J’ai l’impression d’avoir Alzheimer, Parkinson, la sclérose en plaques et la spondylarthrite en même temps.  Je vois mon médecin plus que régulièrement et il ne me comprend pas lorsque je lui dis « quelque chose ne va pas dans mon corps ! ».

Les examens ne montrent rien de spécifique. Les prises de sang, radios, IRM et scanners n’apportent pas de réponse non plus. Jusqu’au jour où ma rhumatologue m’a dit : « on ne peut rien pour vous ! ».  Le premier déclic, car en entendant cette phrase, mon esprit guerrier et combattant est ressorti : « vous ne me connaissez pas. Vous, vous ne pouvez rien, mais moi, je trouverai ».

 

Lutter contre la fibromyalgie, une maladie invisible

La fibromyalgie est une pathologie lourde, qui est souvent assimilée à un « fourre-tout », car on ne sait pas totalement expliquer ce qu’elle est, d’où elle vient et à quoi elle est due. Malheureusement, elle est encore assimilée à « tu n’as rien, tu fais semblant ».

Très franchement, croyez-vous qu’il soit amusant, en tant qu’adulte, de voir ses enfants couper notre viande pour que l’on puisse manger ? De les voir ouvrir les bouteilles, les bocaux et les portes à notre place ? Ou de les voir prendre soin de nous, alors que c’est à nous d’être à leur chevet ?

Bien sûr, on ne fait pas exprès d’être malade et on n’est pas trop jeune pour devenir invalide. Malheureusement et généralement, on souffre et on doit se taire tout en continuant à écouter les autres parler de leurs « vrais bobos ». Si seulement la souffrance pouvait se voir !

Combien de fois j’ai souhaité qu’une personne prenne ma place, dans mon corps, bien que je sois certaine qu’elle ne tiendrait pas une journée. De mon côté, j’étais condamnée à vivre avec tous les jours. Et si le médecin s’était trompé ? Et si finalement tout cela était dans ma tête, comme ma famille le pensait ?

 

La fibromyalgie, une maladie bien réelle

La fibromyalgie vous semble peut-être irréelle, mais sachez qu’il n’en est rien ! Elle est là et elle paralyse notre vie. Elle est la représentation de notre émotionnel, de notre monde intérieur. Nous nous battons tellement pour tout cacher, que lorsque nous ne pouvons plus tout retenir en nous, cela envahit toutes les pièces de la maison. La fibromyalgie, nous rend tristes, agressifs, paranos, maniaco-dépressifs et tellement d’autres choses. L’ascenseur émotionnel est constamment en route.

Nous sommes un amplificateur d’ondes, d’émotions et de sentiments, déambulant dans un intérieur terne, vide et brisé.

 

Se relever de la maladie

Pour moi, la fibromyalgie a été la pathologie qui m’a sauvé la vie. Parce qu’en apprenant à la connaître, j’ai appris à me connaître et à me respecter.

J’en ai bavé. J’ai fait des choix que personne ne comprenait (mais ils m’appartiennent). J’ai fait le point sur ces relations toxiques qui m’entouraient. Vous savez ces gens qui vous prennent votre temps, votre énergie, et au moment où vous dites stop… Vous prenez toutes leurs frustrations et leurs attentes dans la figure. Lorsque vous leur dites « je n’en peux plus », ils vous répondent « ma pauvre fille, tu es pitoyable », et vous claquent la porte au nez. Bien sûr, c’est vous le responsable de tout cela…

Au bout de 2 ans, j’ai été licenciée pour inaptitude professionnelle. À 33 ans, j’avais tout perdu. Cependant, très vite, je me rends compte que tout ce que j’ai mis en place pendant 2 ans commence à porter ses fruits. Un matin, cette idée folle de devenir naturopathe et de me lancer à mon compte me traverse l’esprit. Je démarre ma formation sous 1 mois et une chose incroyable se produit. Mes symptômes disparaissent en un rien de temps. Mes 18 mois d’hypnothérapie amènent soudainement du concret.

Encore quelques expériences douloureuses me permettent de sortir les derniers cadavres du placard. Une fois de plus, je dois faire face à la colère de mes proches. On n’ose pas dire ouvertement les abus qu’on a pu vivre, surtout lorsque tout le monde est au courant et qu’une « loi du silence » a été mise en place pour protéger les responsables. Tous solidaires n’est-ce pas ?

Aujourd’hui, cela m’est égal, car je sais ce que j’ai vécu. Les souffrances que j’ai endurées dans cette vie. Ma fibromyalgie en est la preuve, autant qu’elle est la carte qui m’a permis de me décoder. La carte n’était pas simple à lire. Le système d’orientation était erroné et le code de déchiffrage inversé. Mais à force de patience, d’expérimentation et d’acceptation de mon émotionnel, j’ai retrouvé la parole, la liberté de m’exprimer et de ressentir les choses qui me traversaient, même si cela ne plaît guère.

Cela fait maintenant 2 ans que je n’ai plus vraiment de symptômes. J’ai reconstruit mon intérieur, ces pièces vides, ternes et brisées sont devenues un jardin rempli de joie et de couleurs. Je m’y ressource et n’y invite que les personnes sachant le respecter. Un chêne magnifique trône en son centre, il est fort, robuste, ancré et puissant. Ce chêne… C’est moi, mon Être profond, ma puissance. Et cela personne ne pourra plus jamais me le prendre. »

Chantal Natur’O Pate